samedi 22 novembre 2008

LETTRE A MIRIAM MAKEBA par SOLORAZAF


Née en Afrique du Sud le 4 mars 1932, Miriam Makeba était l'une des chanteuses sud-africaines les plus connues dans son pays comme à l'étranger où elle a acquis la célébrité grâce à des succès comme "Pata Pata" ou "The Click Song" mais également à travers ses prises de position contre l'apartheid en vigueur dans son pays.
Bannie par le régime d'apartheid en raison de son apparition dans un film dénonçant la ségrégation blanche, elle a vécu 31 ans en exil, notamment aux Etats-Unis et en Guinée. Surnommée "Mama Africa", Miriam Makeba était rentrée dans son pays au début des années 1990 après la libération de Nelson Mandela.


Voix légendaire du continent africain et symbole de la lutte contre l'apartheid, la chanteuse âgée de 76 ans est décédée d'une crise cardiaque après un concert pour l'écrivain italien menacé de mort par la mafia Roberto Saviano, dans la nuit du 9 au 10 novembre, près de Naples (sud de l'Italie).


- AFP -



SOLORAZAFINDRAKOTO, dit SOLORAZAF est né en France. Il passe son enfance à Madagascar avant de s'installer à Paris. A partir de 1979, il accompagne de nombreux artistes de scène et de studio. Autodidacte, l'expérience de vivre deux cultures lui permet de se batir un style personnel basé sur les traditions musicales malgaches

www.myspace.com/solorazaf



"Paris ce 20 novembre 2008


Chère Miriam Makeba,

Vous êtes partie...Vos cendres seront bientôt dispersées dans l'Océan Indien selon vos derniers souhaits, certainement au Cap Point là où l'Atlantique et l'Océan Indien se rejoignent. Pour moi Solorazaf, guitariste qui ai eu le privilège d'avoir été responsable de votre groupe musical une bonne décennie sur quinze ans passés à vos côtés sur les scènes du monde entier, c'est une maigre consolation que de savoir qu'un peu de votre poudre magique se mélangera au sable fin de la côte orientale de l'île de Madagascar, la terre de mes ancêtres où j'aurais tant aimé vous accueillir. Vous me l'aviez souvent demandé mais cela ne s'est pas fait, sauf que, après réflexion, un pont musical était déjà établi entre le "Mbaqanga " Sud Africain et les rythmes du sud de l'île rouge. C'est certainement grâce à cette promiscuité musicale entre Joburg et Antananarivo que j'ai pu jouer si longtemps votre répertoire sans jamais éprouver de lassitude (pour employer un terme sportif, je jouais à domicile).


Lorsqu'on parcourt des milliers de kilomètres sur le manche de la guitare, on ne peut s'empêcher de faire un parallèle avec les pas de danse de "Pata Pata" (Toucher toucher), ces pas à pas qui impriment sur scène les dernières nouvelles du continent africain, bonnes où mauvaises ? Les deux : colportées par un bouche à oreille mélodique puissant, c'est surtout l'oeuvre d'une Mama Africa criant, gueulant et vomissant sur ses enfants toute la souffrance des opprimés, des laissés pour compte,bref un combat universel.


Vous n'étiez pas une personne facile à vivre, mais je déteste la banalité, et là j'ai été servi mais je ne garde que le meilleur : merci de m'avoir fait faire vos premières parties, de nous avoir fait rencontrer - aux amis musiciens et moi - les grands que sont Dizzy Gillespie, Nina Simone, Odetta ...à la ville comme à la scène. Que de tournées mondiales en tambour et trompettes! Du joyeux et de l'énergie rien que pour vous : publics de l'Olympia, du Carnegie Hall, de L'Opéra House où encore du Hollywood Bowl. C'est dans un club de Paris, (le Memphis Mélodie ) que cette "aventure" avait commencé pour moi : alors que nous assurions le dernier set du samedi au dimanche avec Tao Ravao, c'est à dire à quatre heures du matin, Al Sanders le chef d'orchestre de Miriam Makéba de l'époque est passé et m'a proposé après audition de rejoindre le groupe. Aujourd'hui j'associe tous mes potes musiciens à cette lettre que je vous adresse: Al Sanders, Raymond Doumbé, Smith Haliar, Luther Perreault, Patrick Bebey, Papa Kouyaté, Brice Wassy et bien d'autres...vos musiciens Sud Africains, Français, Camerounais, Martiniquais, Malgaches, Maliens, Ivoiriens, Américains, Brésiliens, Guinéens, Guadeloupéens...tous originaires de l'espace terrien.

MIRIAM MAKEBA? c'est vraiment de la musique du monde, celle du coeur, jouée par des gens du monde entier pour tout le monde : c'est le plus bel héritage que vous m'ayez laissé!

Allez,on fait passer le message, pour ne plus pleurer.

SOLORAZAF "



Voir aussi : l'excellent blog "lire-écouter-voir" (ici)


Miriam Makeba avec Hugh Masekela, Nelson Mandela et Paul Simon

2 commentaires:

Supercalifragilistique a dit…

joli hommage!
bisous,
Laure D.

Anonyme a dit…

Voici un bel hommage et témoignage en l'honneur de l'inoubliable Miriam Makeba.
Merci à vous.
Loïc Picaud